Calendrier
Où pratiquer
Résultats
Intranet gestion des licences
Comité Course
Compétitions Nationales
Direction Technique
Service
Boutique
Médias
Identifiez-vous





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Accès administrateur
 
Accueil
course_bandeaumondial2012
Matthieu Boher dresse un bilan des Juniors à mi-championnat Version imprimable Suggérer par mail
  • img_2798Mondial Yeosu (Corée du Sud)
  • 02/09/2011

Comme de coutume, le sélectionneur national des Juniors dresse un bilan à mi-chemin du championnat du monde. Matthieu Boher s'avoue plutôt content des résultats obtenus par son équipe de deux filles et cinq garçons. A la même période l'année dernière à Guarne, les Juniors étaient arrivés au même bilan que celui de cette année : une médaille et de nombreuses places d'honneur. Souhaitons-leur la même réussite que l'année dernière sur la route !

« Les Juniors filles m'ont agréablement surpris »

 

L'an dernier, les Juniors filles n'arrivaient pas à suivre le peloton sur piste : le travail a donc payé et le fossé avec les Asiatiques est beaucoup moins important puisque cette année, Déborah et Marie sont dans le rythme sur la piste de Yeosu. « Déborah arrive sur un championnat du monde pour la première fois. Elle s'entraîne dans son club et avec le plateau technique Pays-de-Loire une fois par semaine, mais il ne faut pas oublier qu'elle est revenue au roller l'année dernière seulement, à la suite d'une blessure au genou. C'est donc sa première grosse année et on s'attendait à ce qu'elle revienne à un niveau équipe de France tout de suite. » Comme le dit Matthieu, elle a de grosses qualités physiques mais elle doit encore progresser en technique et en vitesse de pointe. Cependant, elle possède un grand potentiel pour le futur.

 

Marie était déjà bien l'année dernière puisqu'elle finit sixième et septième sur route et qu'elle gagne trois titres aux championnats d'Europe cette année. Mais elle a encore progressé entre 2010 et 2011. « On a décidé de la faire monter en Senior pour la faire progresser au niveau international : le but était qu'elle s'aguerrisse et qu'elle prenne de l'expérience pour ensuite être mieux au niveau international Junior. On savait que le championnat d'Europe ne serait pas d'un niveau mondial : le vrai objectif est ici, à Yeosu. Or elle a fait une belle septième place sur piste : l'année dernière, c'était inenvisageable et cela montre bien ses progrès. » Matthieu explique cette progression par une analyse approfondie des résultats de Marie en 2010 : « à la vue de la saison passée, on avait mis le paquet sur la vitesse de pointe afin de la faire progresser et de lui permettre de suivre le peloton qui roule très vite. Ca a pas mal marché cette année et on va voir ce que ça donne sur route. L'objectif est de rentrer dans le Top 5. »

  _mg_2156_-_copie

Il reste deux ans à Marie et trois ans à Déborah pour progresser. « Ici, on a monté les stratégies en fonction de leur potentiel : le but n'était pas de les faire aller chercher des points dès le début de course pour ensuite s'exposer à une fin de course compliquée. Notre stratégie était de suivre et de faire un maximum d'économies dans la première partie de course pour ensuite aller chercher quelques points suivant l'état du peloton et leur état à elles. Notre stratégie était donc la bonne : on n'a pas eu de chance sur la fin de course (il y a eu un contre sur la fin) et le classement final de Déborah (9ème) et de Marie (10ème) ne reflète pas ce qu'elles avaient dans les jambes (elles avaient de quoi faire cinq et six). » Le but du staff tricolore est d'amener les Juniors femmes à progresser pallier par pallier. Matthieu explique que l'encadrement français n'a pas la même politique que dans les pays asiatiques où les filles, à l'âge de Déborah, sont déjà au maximum de leur potentiel. « Pour nous, c'est l'équipe de France Senior qui compte : nous travaillons pour l'avenir. Les filles ont donc encore deux ou trois ans pour arriver à leur maximum. »

 

 

« Les Juniors hommes suivent la même trajectoire que l'an dernier »

 

L'année dernière à mi-parcours, l'équipe de France Junior homme était aussi avec une médaille de bronze (changée en argent suite à un déclassement pour dopage) avec Benjamin Pierre-Jean. Pour le moment, c'est donc le même bilan avec la médaille de bronze de Darren De Souza. « C'est toujours plus compliqué sur piste et on espère faire d'autres médailles sur route étant donné qu'il y aura plus d'ouverture pour faire aussi bien que l'année dernière. »

 

Cependant, Matthieu souligne que Joris Gardères a fait de belles performances sur piste, avec des places entre la sixième et la dixième. Ce sont quand même de bonnes places, mais les podiums sont plus compliqués à atteindre contre les Coréens ou encore les Colombiens. Sur le fond, Guillaume De Mallevoue et Pierre-Yves Péridy étaient un peu plus en retrait, mais l'un est plus routier et l'autre était malade...

 img_2749_-_copie

Le circuit routier justement, c'est ce qui attend nos Français dès demain. « Il est bien physique, explique Matthieu, avec une bonne petite côte, un virage serré, une relance, une ligne droite d'arrivée assez courte et peu de place pour doubler : il faudra être costaud et tactique, mais nous sommes motivés pour la route. Les sprinters sont rapides, comme on a pu le voir sur piste : sur le 200m, les deux peuvent envisager faire quelque chose. » Il y a beaucoup de concurrence, avec un Coréen, un Colombien, un Chilien et un Belge, mais les deux sprinters vont essayer de se placer dans le Top 5 des séries pour aller grappiller une médaille en finale. Concernant les courses de fond, les tactiques sont déjà établies. « Ce qui est sûr, c'est que l'équipe qui se retrouvera avec deux coéquipiers dans les cinq derniers de la course à élimination sera fortement avantagée, compte tenu de la configuration du circuit, avoue Matthieu : espérons que ce soit nous ! »

 

Pas de marathon à Yeosu... Matthieu donne son avis :

 

« Au niveau des médailles et vu les championnats d'Europe, pour nous, c'est sûr que c'est un désavantage. Guillaume est un grand spécialiste et Marie a prouvé son niveau sur la distance. Maintenant, nous sommes aussi conscients que ça fait deux jours de plus dans le programme, donc un championnat à rallonge et c'est plus dur pour les jeunes... »

 

 
< Précédent   Suivant >

 
           
Copyright 2007 © Fédération Française de Roller Sports - 6 Boulevard du Pdt Franklin Roosevelt - CS 11742 - 33080 Bordeaux Cedex - France
Tél. : (33) 05 56 33 65 65 - Fax : (33) 05 56 33 65 66